Refuge KIMBA

Kimba a été fondée en 1872 et ne se dédiait qu’à la reforestation d’espèces protégées (les travaux se poursuivent aujourd’hui, en collaboration avec l’Association écologique de Cadix « Agaden »). Au fil des années, le refuge a commencé à recueillir les animaux errants (Avril 1966). Puis avec neuf partenaires, ils ont acheté un terrain de 5.000 m², dans la ville de Chiclana de la Frontera où 20 petits bâtiments ont été construits (les chambres et les coins pour la nourriture). Il a été baptisé « Refuge Kimba » en l’honneur d’une lionne, qui y avait été accueillie.

Il y a actuellement une moyenne de 150 chiens et 32 chats (quantité dépassée de loin, car la capacité réelle des installations a été prévue pour 45 chiens et 20 chats). Sept jours sur sept, des bénévoles se relayent pour gérer l’alimentation, le nettoyage et les soins à tous les animaux hébergés et désinfecter leurs installations (de temps en temps ils ont des inspections vétérinaires, de l’administration pour vérifier l’état dans lequel se trouve le refuge et les animaux).

L‘aide des bénévoles est fondamentale dans le refuge. Les animaux sortent pour courir, jouer et ils s’occupent de tous leurs besoins, tous les jours. Et cela doit fonctionner 365 jours par an. Cela serait impossible sans l’équipe de bénévoles dont leur but est de donner la meilleure vie possible aux animaux.

Une Bénévole : « Pour le bon fonctionnement du refuge il faut, l’entretenir (nettoyage, petites réparations,….), s’occuper des animaux (traitements, nourriture, toilettage,….) et surtout, leurs apporter l’amour dont ils ont besoin ! Tous ont vécu une situation horrible et nécessitent de reprendre confiance pour se sentir acceptés et aimés.  Il y a d’autre genre de bénévolat, comme faire accompagner les animaux par des marraines ou parrains de vols lors d’adoption en dehors de l’Espagne. Ainsi que lors de visite chez le vétérinaire, etc. Ou lors de nos campagnes de sensibilisation, manifestations, etc. »

En Espagne, des centaines d’animaux sont abandonnés chaque jour. Le refuge essai dans la mesure du possible, de sauver, de récupérer et de chercher des familles adoptives pour les chiens et les chats. La plupart des animaux ont subi un abandon, beaucoup d’entre eux ont été maltraités. A ce jour, ils n’attendent qu’une chose, c’est une 2ème chance, celle de trouver une nouvelle famille.

Le refuge lutte tous les jours pour essayer de diminuer le taux d’abandon en Espagne, car celui-ci atteint le chiffre de plus de 200.000 animaux abandonnés par an. Toutes les 3,5 minutes, un animal de compagnie est sauvé, chiffres qui empirent avec la crise économique. Beaucoup d’entres eux vont dans des « perreras », où passé un délai de 10 jours, ils sont sacrifiés. N’oublions pas ceux qui restent dans les rues et meurent de faim ou renversés et cela dans l’indifférence!!

La Présidente du Refuge: Nous considérons que le point de départ pour un réel changement de la situation actuelle, est la « sensibilisation ». Il faut enseigner la responsabilité envers les animaux, démontrer l’importance de les faire stériliser et surtout d’adopter au lieu d’acheter. Notre refuge Kimba organise des campagnes de sensibilisation pour expliquer et enseigner le respect envers les animaux. 

Dans notre lutte pour vaincre le nombre alarmant d’animaux abandonnés et dans notre refuge, nous mettons en place un contrôle de stérilisation de tous les animaux qui viennent ici. C’est la seule solution au problème de la surpopulation des chiens et des chats. Donc, lorsqu’un de nos chiens ou nos chats est adopté, nous sommes sûrs que cet animal ne va pas se reproduire.

Nous essayons tant bien que mal avec les moyens limités à notre disposition de sensibiliser, de réveiller la conscience des gens à assumer la responsabilité pour les obligations contractées au moment d’acquérir un animal. On éduque les enfants à l’école et les invitons à visiter nos installations pour vérifier « in situ » les conséquences de l’absence d’information et le manque de responsabilité.

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS, pour pouvoir continuer à développer notre projet et préserver notre refuge, où l’on accueille et récupère plus de 600 animaux par an. Car notre association ne reçoit aucune aide de l’État. C’est grâce aux dons (ponctuels et permanents) de nos bénévoles et de nos sympathisants (la plupart de l’étranger) que nous poursuivons notre projet. Les dons sont principalement destinés à l’achat d’aliments, de médicaments, de produits de nettoyage, aux règlements de factures de vétérinaire, à l’entretien constant des installations, etc.